Ice Bowl II

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Avant l’arrivée de Lombardi en 1959, les Packers avaient passé 14 saisons consécutives sans participer aux séries éliminatoires. Le coach héritait quand même d’une escouade talentueuse qui ne performait simplement pas à la hauteur des ses capacités – ce problème a vite été remédié. Dès sa première année Lombardi a mené les Packers à une fiche de 7 victoires contre 5 défaites en établissant les bases d’une méthode qui permettrait aux Packers de dominer la NFL jusqu’en 1967. En effet, sur 8 saisons (de 1960 à 1967), Green Bay a terminé soit premier ou deuxième du classement avec une fiche cumulative de 82-24. Pendant ce temps, ils ont été couronnés champions NFL à cinq reprises, incluant les deux premiers Super Bowls.

En 1966, l’équipe possédait toujours l’ossature de ses années fastes, mais elle était vieillissante et fatiguée. L’équipe gagnait grâce à son expérience et à son savoir-faire, les deux durement acquis sous les ordres de leur entraineur exigeant et perfectionniste. Les Packers étaient porté par une défensive dominante (seulement 163 points accordés en 14 matchs) et ont largement remporté la conférence ouest de la NFL. Dallas, par contraste, avait mangé son pain noir depuis la création de l’équipe en 1960. Une première saison de 0 victoire a été suivie par cinq autres saisons sans fiche gagnante ; c’est seulement en 1966 que l’équipe a enfin réussi à conjuguer tous ses atouts en remportant 10 matchs et une place en finale NFL devant les Packers.

Lombardi et Landry s’étaient affrontés à trois reprises depuis 1960 et les Packers avaient largement dominé ces rencontres – le score cumulatif étant 99 à 31. Les contrastes entre ces deux équipes miroitaient surtout les personnalités de leurs coachs : discipliné, rodé et méthodique pour Green Bay, créatif, innovateur et spectaculaire pour Dallas. Mais en 1966 ces équipes évoluaient sur des trajectoires opposées, ce n’était qu’une question de temps avant que les Cowboys prennent le dessus et les opportunités n’allaient pas manquer car leurs destins allaient se croiser à deux reprises en moins d’un an lors des finales NFL. Malheureusement pour les Cowboys, les résultats allaient juste cimenter la légende des Packers sous Lombardi dans le folklore du Football Américain.

Le 1er janvier 1967, le Cotton Bowl à Dallas

Les Packers marquent les 14 premiers points du match et malgré le fait qu’ils n’aient jamais relâché l’avance, avec seulement 2:12 à jouer, les Cowboys avaient la balle et seulement 47 yards à franchir pour égaliser (le score était de 34 à 27). Trois actions plus tard, Dallas se trouvait avec une première tentative sur les 2 yards des Packers. Course au centre, gain de un yard :  2ième et 1. Faux départ, Dallas : 2ième et 6 de la ligne de 6. Passe échappée : 3ième et 6. Passe complétée mais en déça de la zone de but : 4ième et 2 sur les 2 yards. Sur le jeu déterminant, les Cowboys optent pour un Roll Out (passe avec le quarterback en mouvement) mais rapidement le quarterback Don Meridith s’est retrouvé enveloppé par le blitz spontané et improvisé du linebacker Dave Robinson et a juste réussi à balancer une passe inespérée et facilement interceptée par les Packers.

Dallas dernier jeu

364 jours plus tard – partie remise à Green Bay pour un clash d’anthologie…à suivre


Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •