Catégorie : Main slider

Seahawks Family

Je supporte les Geneva Seahawks

Vous êtes un ancien joueur ? Un de vos proches joue au sein des Geneva Seahawks ? Vous souhaitez supporter davantage le Club ? Ou simplement promouvoir le football américain à Genève ? Devenez membre de la Seahawks Family.

La Seahawks Family est une association dédiée aux supporters des Geneva Seahawks pour développer le football américain dans la région. Pour seulement 60 CHF, vous devenez membre et bénéficiez de privilèges :

  • 15% de rabais sur les produits de merchandising des Geneva Seahawks et de la Seahawks Family,
  • 50% de rabais sur les trajets en bus pour les phases finales à l’extérieur,
  • Être membre du Club (convocation et droit de vote à l’assemblée générale des Geneva Seahawks, invitation aux évènements),
  • Une invitation à la soirée annuelle de la Seahawks Family,
  • Un accès gratuit à la tribune du stade de Vessy*,
  • Une boisson offerte à la buvette pour les matchs à domicile*.

* Sous réserve de modification

Nous serons présents, lors de la soirée du SuperBowl organisée au Radama Encore Hotel le 3 Février, et serons ravis de répondre à vos questions et de récupérer vos adhésions.

Pour toute inscription et/ou information complémentaire, vous pouvez contacter la Seahawks Family à family@seahawks.ch.

Une première mondiale.

Le vendredi 15 février à 18h30 les Seahawks participeront à une première mondiale : le Châtel SNOWBOWL.

Organisé par le club des Black Panthers, en collaboration avec Châtel Tourisme, ce spectacle sportif inédit se déroulera au cœur du village (1200m d’altitude) dans 20 centimètres de neige, le tout dans une ambiance festive avec DJ, light show et autres.

Les règles seront adaptées à un petit terrain et pour le spectacle. Les quatre clubs participants seront les Black Panthers (Thonon les Bains), les Bisons (Besançon), les Avalanches (Annecy) et bien sûr, nos Hawks.

Restez alerte pour plus d’informations d’ici les prochains jours.

Super Bowl LIII: Quoi de neuf?

Il y a 17 ans, ces deux mêmes équipes se sont affrontées lors du Super Bowl XXXVI. Tom Brady n’était qu’à sa deuxième saison professionnelle et avait été propulsé dans le rôle qu’il occupe toujours aujourd’hui suite à la blessure du titulaire Drew Bledsoe en tout début de saison. Bill Belichick était lui aussi à sa deuxième saison avec les Patriots et, alors qu’il bénéficiait d’une solide réputation comme un des meilleurs coachs défensifs du circuit, voyait remettre en cause ses capacités de head coach suite à son expérience à la barre Cleveland Browns. En 2001, personne ne pouvait imaginer comment ce duo allait marquer l’histoire de la NFL : 5 titres de Super Bowl (avec 9 participations), 9 titres de conférence (AFC), 16 titres de division (AFC East) et une moyenne de matchs gagnés de 74% !

En embauchant Sean McVay avant son 31ième anniversaire en 2017, les Rams de Los Angeles ont fait de lui le plus jeune head coach dans l’histoire de la NFL. Choix judicieux, car seulement 24 mois plus tard les Rams sont à un match de leur premier titre NFL. McVay, comme Belichick, vient d’une famille de football. Son grand-père, John McVay était head coach des New York Giants (1976-1978) et plus tard cadre avec les 49ers (1980-1996). Aussi jeune soit-il, il a déjà plus de 10 années d’expérience dans le coaching au niveau NFL et a travaillé sous les ordres de coachs aguerris comme Jon et Jay Gruden ainsi que Mike Shanahan. Très tôt, McVay avait une idée claire de sa philosophie et de l’empreinte qu’il allait apposée à une équipe sous ses ordres. En acceptant le poste des Rams, il se joignait à une organisation qui possédait déjà, sans qu’il ait fait ses preuves, sa pièce maîtresse : un quarterback de 22 ans, choisi au premier rang du repêchage, bourré de talent et qui n’attendait qu’une chose : l’arrivé d’un coach qui allait conjuguer leurs avenirs dans un sort commun.

Dans le sport professionnel, Bill Belichick est une anomalie. Son succès de longue durée à la tête des Patriots est sans doute en parti la conséquence du support inconditionnel d’un propriétaire assez intelligent pour accorder à son coach une liberté de fonctionnement qui s’est avérée largement justifiée. C’est un des rares exemples dans le sport professionnel d’une direction bien accordée. Belichick assume ses décisions sportives sans la moindre préoccupation des perceptions extérieures. Ce qui peut paraître normal ne l’est plus du tout dans un ère où les lynchages médiatiques sont des plus communs – et Belichick est bien placé pour le savoir suite à son dénouement avec les Browns.

Cet homme de 66 ans a été exposé à l’art du coaching dès le plus jeune âge ; déjà à 10 ans il analysait des vidéos de match en compagnie de son père, Steve, un coach de carrière et pionnier dans le domaine du scouting de l’adversaire (NDLR En 1962 Steve Belichick a écrit le livre référentiel sur le sujet : Football Scouting Methods). Ses connaissances encyclopédiques de son sport, développées sur plus de 50 ans et aiguisées par la perspective d’un spécialiste en défense (car les meilleurs coachs sont des coachs défensifs) permet à Belichick de s’ajuster en fonction de tous les paramètres et de donner un véritable sens à la citation de Sun Tzu :

« Une formation militaire atteint au faît ultime quand elle cesse d’avoir forme. Sitôt qu’une armée ne présente pas de forme visible, elle échappe à la surveillance des meilleurs espions et déjoue les calculs des généraux les plus sagaces. »

Coach défensif de formation, Belichick utilise ses connaissances pour aiguiller les dirigeants de son attaque – il comprend plus que quiconque ce qui pose des problèmes aux unités défensives. Sous ses ordres, les Patriots exploitent tous les groupements de personnel en attaque : allant de formations sans runningback à des formations déployant trois tightends. Vous pouvez parier que si les tactiques dans la NFL tendent vers une direction, les Patriots tendront dans l’autre – être à la mode n’a jamais préoccupé l’homme aux pulls à manches coupées.

Par conséquent, alors que les Patriots ont un coordonnateur offensif excellent en la personne de Josh McDaniels, l’attaque est tout de même marquée profondément par les empruntes du head coach. Et quand son coordonnateur défensif de 6 saisons, Matt Patricia, a quitté l’an dernier pour devenir head coach des Detroit Lions, Belichick n’a même pas vu la nécessité de nommer un successeur…les figurants peuvent tourner mais tant que l’acteur principal est là…

Sean McVay est peut-être le plus jeune head coach dans la NFL mais il reconnaît la valeur de l’expérience, surtout du côté défensif.  Son coordonnateur défensif, Wade Phillips, possède 42 années d’expérience dans le coaching NFL et, tout comme Belichick et McVay, provient d’une famille où le football occupait le premier plan. Son père, Oail Andrew « Bum » Phillips a été head coach dans la NFL pendant une vingtaine d’années et a joué un rôle déterminant dans le choix de carrière de son fils Wade.

Alors ce match…

La capacité des deux unités défensives de freiner les attaques adverses décidera du sort du match – rien de révélateur ici mais les deux défis présentent des intrigues différentes. Depuis plusieurs années, suivant la vision de Belichick, l’attaque des Patriots peut prendre une forme différente d’une semaine à l’autre, en fonction des faiblesses de l’adversaire. Tout a son sens : le head coach décideur qui embauche des joueurs d’équipe capables de mettre en œuvre des plans de match élaborés : intelligent, robuste, fiable et techniquement compétent sont les premières qualités recherchées par le patron. En face, Phillips à son tour présentera une défense sans forme, un hybride qui ressemble parfois à un schéma 34 et d’autres fois à une 43. L’attaque des Patriots continue d’être efficace malgré l’usure et l’âge de leurs pièces maitresses ; serait-ce ce match où soudainement il leur manque un pas et ils entament la descente inévitable vers la médiocrité que tout le monde leur prédit depuis quelques années ? C’est tout ce que les partisans des Rams leur souhaitent ! Mais c’est l’autre confrontation qui présente le plus d’intérêt – celle entre le jeune head coach (et spécialiste offensif) prodigue des Rams et l’incontestable maitre défensif qu’est Belichick.

Spécificités

L’attaque des Rams utilise beaucoup de formation compressées, appelées Bunch ou Cluster dans le jargon des initiés. Ces formations posent des problèmes spécifiques aux défenses adverses. Premièrement, l’alignement proche des receveurs permet l’utilisation de tracés croisés qui sont difficiles à marquer en man to man. Mais encore plus important, ces formations présentent des défis importants sur les jeux au sol qui attaquent le coin de ligne : bloques en angle, bloques croisés, motions rapides, feintes de bloque et passe, tout est possible. Pour bien défendre ce schéma, il faut une défensive disciplinée et bien structurée. Déjà cette année, plusieurs équipes ont échoué lamentablement devant les feintes myriades des Rams.

Le jeu d’échecs

La force motrice de l’attaque des Rams est le outside zone – un jeu au sol qui attaque le coin de la défense tout en donnant la possibilité au porteur de balle de bifurquer selon les réactions défensives. Si une défensive doit tricher (modifier sa structure ou ses réactions) pour arrêter ce jeu, elle s’expose à tout un inventaire de jeux complémentaires que les Rams exploitent à merveille. Regardez juste une action des Rams contre les Lions cette année (Vidéo 1 et Illustration 1).

Rams Outside Zone

Les Lions sont en défensive man to man et utilise un front écarté (les deux tackles défensifs sont alignés sur l’extérieur des guards et le defensive end du côté des trois receveurs est aligné très large dans l’optique d’ancrer le coin de ligne). Les mouvements intérieurs de la part du tightend (pour bloquer) et du premier receveur (feinte de reverse) font suivre les défenseurs qui sont en man to man. Le seul receveur restant, anticipant man to man, ne fait que courir un tracé bidon pour éliminer le défenseur qui lui est assigné. Le guard droit domine la technique 3 et le tackle droit n’a qu’à bloquer le defensive end vers l’extérieur – personne ne met un doigt sur le runningback. Opter pour man to man contre ces formations serrées est parier sur la capacité du front à arrêter lui seul le jeu au sol et témoigne d’une confiance dans les capacités relatives de ses defensive backs contre les receveurs adverses. Opter pour zone est la solution conservatrice. C’est permettre à plus de défenseurs d’être impliquer dans la défense sol mais s’exposer au play pass (jeu de passe précédé par une feinte de course) – dans la deuxième vidéo regardez comment les linebackers sont affectés par la feinte et donc pas en mesure de défendre une passe qui attaque leur zone.

Rams Play Action

Conclusion

Coach Belichick a déjà élaboré son plan. Peut-être aurait-il déjà décidé que Jared Goff est le maillon faible et que pour gagner les Rams devront compter sur un match exceptionnel de sa part. Le Super Bowl : scène impitoyable qui sert comme rampe de lancement ou porte de sortie.

 

 

 

La force de la jeunesse.

Arrivant tout droit de notre équipe junior pour sa première saison en équipe élite, l’imposant Emmanuel Kabengele s’apprête à faire ses débuts dans la cour des « grands ».

Bien évidemment grâce à son physique mais aussi grâce à son expérience du jeu, le jeune Seahawks sera d’une grande aide sur la ligne défensive du coach Lomet, et un homme à ne pas sous-estimer pour nos adversaires.

 

– Salut Manu, pour commencer présentes-toi en quelques mots ?

Hallo hallo je m’appelle Emmanuel Kabengele, 19 ans. 1m90 pour 110 kg. Je suis né en Suisse mais je suis originaire du Congo, Cadet d’une famille de 6 enfants. Je joue en ligne défensive. J’ai été Défensive Mvp en Junior 2018.

 

– Raconte-nous ton expérience de foot. Depuis quand joues-tu et où as-tu joué ?

-J’ai fait ma première saison en U16 2015 dans l’équipe de Berne Grizzlies comme Running Back. En 2016 j’ai joué ma première saison en U19 mon équipe a terminé 3ème du championnat.

Pour la saison 2017 j’ai dû changer de poste de Running Back en D-Line vu ma grande taille, et cette année-là nous avons gagné le championnat Suisse.

En 2018 j’ai déménagé à Genève pour raisons personnelles, je suis venu rejoindre les Seahawks, une belle saison malgré la défaite en finale nous sommes vice-champions avec un record de 11 victoires et 1 défaite.

 

– Comment te sens tu dans cette nouvelle équipe, et avec ce nouveau challenge qu’est la LNA ?

– J’avais déjà familiarisé avec les joueurs élites pendant la saison en Junior je me suis donc tout de suite senti intégré dans l’équipe. Je ne pense pas qu’il y ait un meilleur endroit pour moi pour jouer cette saison. J’ai hâte de rencontrer les autres équipes et particulièrement Calanda et Berne.

 

Qu’espères-tu du football dans ton avenir ? 

– Après la saison Junior j’ai fait un séjour aux États-Unis,  mon but est de recevoir une bourse sportive pour le niveau Universitaire.


Que peut-on te souhaiter pour ta première saison en élite?


– J’espère avoir beaucoup de temps de jeu car je travaille très dur. Et pour l’équipe je souhaite qu’on dispute au moins encore une fois le Swissbowl et le bonus serait de le gagner.


L’ensemble de l’équipe des Geneva Seahawks te souhaite la bienvenue en élite ainsi qu’une grande réussite sportive à Genève comme ailleurs.

Franck Galvin rejoint les Geneva Seahawks!

C’est avec un grand plaisir que les Geneva Seahawks annoncent la venue de l’ancien international français Franck Galvin pour la saison 2019. Grâce à une expérience de près de 25 ans dans le football américain, Franck Galvin amènera son leadership et sa connaissance dans l’arrière garde de Larry Legault.

Franck a commencé le football en 1993 à Thonon-Les-Bains dans la section U16 avant de connaître un succès fulgurant. Champion de France (2013 et 2014), vice champion de France (07, 09, 12 et 15), il a aussi joué au plus haut niveau européen en compétition, toujours avec à Thonon (champion d’Europe en 2013 et vice-champion en 2009).

Franck Galvin a joué 10 ans déjà avec Larry Legault en club mais aussi avec l’équipe nationale française. Il a d’ailleurs remporté la médaille de bronze aux Jeux Mondiaux de 2005 à Duisbourg en Allemagne ainsi que plusieurs participations aux différentes compétitions mondiales. L’athlète de 40ans et de 92kg pour 1m86 sera un grand atout pour les Hawks en 2019.

Nous lui souhaitons la bienvenue!

Go Seahawks Go!

 

Photos de Guillaume Mouchet et Antoine Buche

Méritants U19

Les Seahawks ont profité de la journée de leur deuxième scrimmage U19 pour récompenser les jeunes méritants de la saison 2018 en amont d’un apéro dînatoire pour leurs parents et amis.
Le directeur technique des Seahawks et entraineur-chef des U19s, Larry Legault, a ajouté ces mots « il est toujours un peu difficile pour un coach de récompenser des individus dans un sport collectif – en quelque sorte ça va à l’encontre de ce que nous essayons de prêcher au groupe. En même temps, nous avons un groupe sein et c’est une fierté pour nous de savoir que nos meilleurs joueurs possèdent également les qualités humaines qui tirent l’équipe vers le haut. »

Le scrimmage a présenté d’autres défis aux jeunes, dont pas le moindre était un temps pluvieux et venteux. Jouer dans ces conditions n’est jamais facile est cette expérience est bonne à prendre car il faut savoir composer avec les éléments dans ce sport. Cette journée met un terme à la première phase de préparation de l’intersaison 2018-2019. Les jeunes achèveront les deux prochaines semaines sans équipement avant de faire une pause pour les vacances de fin d’année.

Portrait de Léo Bianchi

Arrivé dans l’équipe comme joueur en 2011, Léo Bianchi a foulé les terrains jusqu’en 2016 sous l’uniforme des Geneva Seahawks.

Il n’a jamais quitté, ni le club, ni les terrains de foot. Aujourd’hui c’est dans une autre tenue qu’il participe toujours à la vie des Seahawks : celle d’arbitre.

En 2013, Léo a commencé sa formation d’arbitre afin de dépanner le club. Puis, les années passent et son expérience se fait de plus en plus grande. En 2017, Léo devient le plus jeune arbitre romand à obtenir la licence de niveau B. Une licence qui n’était auparavant disponible qu’en allemand.

Fort de ses résultats et de sa motivation, Léo Bianchi a réussi à se faire une place dans la commission des arbitres suisses de football américain, ce qui lui donne désormais le rôle de formateur.

La charge de travail est colossale pour Léo Bianchi. En plus des matchs qu’il siffle pour les Seahawks, Léo se charge de toute la gestion, du recrutement et du matériel des arbitres. Le tout en occupant sa fonction de membre de la commission des arbitres. C’est donc avec un sentiment sincère que toute la famille des Geneva Seahawks remercie Léo Bianchi pour son professionnalisme ainsi que tous les autres arbitres qui officient pour le club. MERCI 

 

Partager en cette fin d’année

Depuis de nombreuses années, les Geneva Seahawks se mettent au service des plus démunis. C’est à l’occasion du samedi du partage que vous pouviez voir les joueurs élite participer à cette belle action de solidarité à la Coop d’Onex ce samedi 24 novembre.

Plus de 75 magasins et environ 2000 bénévoles participent à cette récolte de produits de première nécessité les plus demandés par les associations caritatives du Canton en charge de la redistribution.

Fin d’année très active pour le club Genevois, en  plus des 2 scrimmages U19, le week-end prochain, les 1 et 2 décembre, les jeunes Seahawks seront présents comme chaque année, dans les starting blocs de la course de l’Escalade et c’est dans une bonne humeur communicative qu’ils lanceront tous les départs de la course la plus populaire de Suisse.

Nouveau nom, même prestation.

Lancée en décembre 2016 par les Geneva Seahawks, la carte Touchdown fait peau neuve en 2019.

C’est dorénavant sous le nom de Cartapulse que cette dernière trouvera sa place sur Genève et ses environs.

Le concept reste même, faire profiter les détenteurs de la Cartapulse de nombreux avantages, pouvant aller par exemple de 15% sur votre addition dans un restaurant, CHF 200.- de remise sur un abonnement annuel dans un fitness et bien d’autres encore.

 

Après seulement 2 mois sous son nouveau nom, la Cartapulse à déjà fait ses preuves, plus de 50 partenaires nous ont déjà rejoint ce qui signifie autant d’offres pour les détenteurs.

Disponible dès le 1er janvier 2019, la Cartapulse custom Geneva Seahawks sera en vente pour CHF 50.- seulement, cela vous permettra non seulement de bénéficier d’une longue liste d’avantages mais également de rejoindre et soutenir la grande famille des Seahawks dans ses projets sportifs. 

Alors surtout n’attendez pas et ne sortez plus sans la Cartapulse

Premier test pour nos U19s

Hier après-midi nos U19s se sont rendus à Thonon-les-Bains pour une opposition amicale avec leurs homologues Thononais. Malgré un temps gris et froid, les deux groupes ont fait preuve de beaucoup d’entrain dans ce qui était leur rentrée en matière respective en avance de la saison 2019. Le dimanche 9 décembre à 14h00, ça sera au tour des jeunes Seahawks d’accueillir les Blacks Panthers au Centre Sportif de Vessy pour la rencontre retour. La journée offrira l’occasion au club de fêter la remise des certificats aux jeunes méritants de la saison 2018. Cette petite cérémonie aura lieu à 11h30 au restaurant du Centre Sportif et sera ponctuée par un apéro pour tous les parents présents.

Merci à Guillaume Mouchet pour la photo

Pour d’autres photos de la journée:

Gepostet von Black Panthers Football Thonon am Sonntag, 18. November 2018